Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 10 le Dim 16 Sep - 17:47

Entraînement, douleur et humiliation. [Ft. Jessy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Entraînement, douleur et humiliation. [Ft. Jessy]

Message  Lutetia Koneko le Lun 14 Oct - 21:31

Lutetia vida ses poumons. Il s’assit en tailleur et se massa le ventre. Vingt fois que le commandant le mettait à terre. Vingt fois qu’il mordait la poussière. Hans Riegel lui tendit la main. Il avait beau être grand, d’avoir une puissante musculature, il émanait du colosse une aura de paix. Lutetia l’accepta et se remit sur pied. Il dut lever la tête pour lui sourire. Sa main frotta nerveusement son cou.
-          Je dois être le pire élève que vous n’ayez jamais eu !
Un rire formidable secoua tout son corps. Sa main tapotait la tête de Lutetia. Le garçon eut un léger rire. Hans avait été le seul qui a voulu le former. Tous les autres officiers avaient brusquement désertés la caserne quand Lutetia était venu. Depuis qu’il était avec Jessy, il avait remplacé Keiji. Les gens l’évitaient parce qu’en aimant Jessy, il avait presque le statut de chef. Parce qu’en aimant Jessy il avait brisé une règle sociale.
Lutetia quittait rarement Jessy. C’était seulement pour aller à ses entraînements, ou pour lui acheter des cadeaux qu’il la laissait seule. Elle était devenue une drogue pour lui. Chacun de leurs baisers lui donnaient une nouvelle saveur. Jamais il ne s’ennuyait avec elle, et il pouvait ainsi restait des heures rien qu’à contempler ses cheveux. Le souffle de Lutetia se coupa quand son dos heurta une nouvelle fois le sol. Hans venait de le faire tomber en lui balayant les jambes.
-          Tu te laisses trop déconcentrer, Lutetia ! Tu as plus de chance de frapper l’air que ton ennemi ! Et… Tu t’emportes beaucoup trop vite !
Le vieil homme attrapa son poing et l’envoya voler à l’autre bout de la salle. Lutetia atterrit avec un son sec sur le sol. Il gémit en se retournant sur le ventre. Hans avait beau être gentil, en entraînement s’était un monstre. Lutetia n’osait imaginer ce qu’il donnait sur un champ de bataille. Pas étonnant que Chistère ait gagné la guerre, si toutes les unités avaient des capitaines, comme lui. Contrairement à son père, il ne frappait pas pour le blesser. Il le frappait pour apprendre. Et lui, il retenait ses coups !
Hans était aussi très effrayant quand il le voulait. Lutetia se souvenait très bien leur rencontre. Il était entré dans la caserne et, tous les hommes présents avaient désertés la zone, sans lui adresser un seul mot. Il se souvenait encore parfaitement, de la colère qui était monté en lui…  Enfin, jusqu’à ce que Hans lui broie son épaule, marquée au fer rouge, de sa grosse main de géant. Qu’il avait eu peur de sa vie en entendant sa voix de centor résonnait dans la pièce vide.
-          Alors demi-portion ? Qu’est-ce que tu viens faire là ?
Il avait à peine osé levait les yeux, tellement il avait mal.  Puis il s’était retourné, avec Lutetia. Il s’était mis à le secouer comme si c’était un sac à patate, tout en s’adressant aux soldats qui attendaient juste devant la porte.
-          C’est cette demi-portion qui vous a autant effrayé ? Vous ne valez pas mieux que des catins pour fuir devant ça. Il avait éclaté de son rire de centor et avait resserré sa prise sur Lutetia. Ici c’est notre domaine, vous devriez avoir honte de laisser quelqu’un pénétrer ! Pour la peine, privé de dessert de faite moi cent tour de piste !
-          Mais… Mais c’est le petit ami de la cheffe ! Avait essayé de se défendre un soldat. Il a tous…
-          Et ? Vous avez vu son gabarit ? Même une fillette pourrait le mettre à terre !
Sur ces mots, Hans avait lâché Lutetia avec un clin d’œil. Pas besoin de jouer le jeu, le garçon avait tellement mal qu’il tomba. Il ignora totalement les rires des soldats. Par contre, il ne put s’empêcher de sourire quand, Hans leur dit que la punition prenait effet maintenant, et que ceux qui ne finissaient pas avant que le soleil se couche seraient de garde de nuit. Ensuite, il l’avait aidé à se relever en disant.
-          Je suis désolé si je vous ai fait mal. Qu’est-ce que vous venez faire ici ?
Lutetia se massa doucement l’épaule en lui souriant.
-          Ça va, ça va. J’ai déjà eu pire… En fait… J’aimerai pouvoir protéger Jessy. Mais déjà que j’ai du mal à assure ma propre sécurité…
Un rire puissant l’avait secoué. Lutetia avait eu l’impression de n’être qu’un enfant face à ce colosse. Pendant qu’il riait le jeune homme s’était demandé ce qu’il avait dit de drôle. Puis Hans se calma et lui ébouriffa les cheveux, comme s’il l’avait toujours connu.
-          J’espère que tu n’as pas peur de prendre des coups parce que je vais pas être tendre !
 
Lutetia n’avait pas cessé de mentir. Les quatre heures d’entraînement quotidien, il disait à Jessy qu’il était avec Néo ou ses parents. Quand à Hans, il lui avait dit qu’elle était d’accord. La seule chose qu’il espérait était qu’elle n’imagine pas qu’il partait avec une autre.
Lutetia se releva et se mit en garde. Face à un gabarit comme Hans, il était plus dangereux de rester en défense que d’attaquer.  Dire qu’avant de s’entrainer, il pensait qu’il était fort mais comparé aux soldats, il n’était qu’un moucheron. Même un novice le battait. Hans passa à l’attaque. Pendant quelques secondes, les deux hommes menèrent une danse étrange.  Encore une fois, ce fut Hans qui gagna. Il l’attrapa par le bras, le lui tordit dans le dos. Et le mit à terre d’un coup de pied derrière le genou. Hans s’apprêter à le lâcher quand il remarqua quelque chose d’étrange. Là où il tenait le bras de Lutetia, la chair était dure et sec. Il se rendit compte que son apprenti retenait son souffle en grimaçant. Il resserra son emprise et arracha un gémissement au garçon. Il le lâcha. Lutetia tomba, le souffle court. Il roula le côté en serrant son bras contre lui. Tellement mal. Ses cicatrices lui faisaient tellement mal. Il s’assit et leva la tête vers Hans.
-          On peut recommencer ?
Il se heurta au regard dur du vieux soldat. Il rentra la tête dans les épaules en attendant les reproches.
-          Non.
Sa voix avait claqué. Doucement, mais suffisamment fort pour que Lutetia comprenne. Il détourna la tête et laissa son regard errait dans les coins. Hans s’assit devant le blondinet. Il ne semblait pas vouloir en parler. Le silence s’installa entre eux. Hans demanda.
-          Alors ? Je peux rester toute la journée, et même toute la nuit à attendre. Mais toi tu as d’autre chose à faire…
Lutetia releva légèrement la tête. Ses mains tiraient sur le bout de sa chemise en lin noire. Non, il ne voulait pas en parler. L’impression de brûlure diminua jusqu’à disparaitre. Si Lutetia voulait continuer à s’entraîner, il devait lui dire. Ou au moins lui montrer. Il enleva sa chemise et détourna les yeux. Le silence revient. Puis Hans siffla d’étonnement. Puis il se rapprocha un peu et tendit la main vers la peau noircit du bras.
-          Alors ce n’était pas un tatouage… ça a dut faire sacrément mal…
Lutetia cligna des yeux quand il se prit une claque derrière la tête. Il leva la tête et croisa le regard d’Hans. Une lueur d’inquiétude et d’admiration dansait dans ses yeux gris.
-          Je comprends mieux pourquoi tu t’es effondré comme un château de carte quand on s’est rencontrés. J’ai dût te faire mal, nan ? Imbécile ! Et dire que… C’est quoi ce comportement d’imbécile Lutetia ?! Tu te rends comptes que j’aurai pu te blesser sérieusement et infecter ça ? Raaah… Imbécile d’apprenti !
Lutetia lui sourit en remettant sa chemise. Un sourire simple, légèrement triste. Il était heureux qu’il ne lui pose pas de question. Un sourire joueur apparut sur la figure de son maître.
-          Sais-tu, qu’ici le mensonge est passible de cinquante tours de piste ? Mais comme je suis gentil, je veux bien te laisser une chance… Je passe l’éponge sur ce mensonge si tu…
Hans inspectait le dojo en se tapotant le menton. Il cherchait quelque chose. Une silhouette en contrejour devant la porte attira son attention. Il pointa le doigt vers la personne et dit bien haut.
-          Hey, vous ! Approchez, s’il vous plaît.  Approchez !
Son sourire s’élargit. La silhouette et fine, celle d’une femme peut-être ? Il prit Lutetia par les épaules et le mit devant lui. Comme si s’était un trophée.
-          Je passe l’éponge sur ce mensonge, répéta-t-il. Si tu arrives à mettre au tapis cette personne. Ça ne vous dérange pas ? Ma… Mademoiselle ?

Le vieux soldat cligna des yeux. Cette jeune fille avait l’air si jeune pour venir ici. Lutetia déglutit difficilement en reconnaissant la personne. Il marmonna doucement.


- Je crois que je préférerai les cinquantes tours de piste

_________________
avatar
Lutetia Koneko
Admin

Messages : 252
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans mon monde

Identité
Mon animal et son prénom ?: Lusée, un chat noir
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entraînement, douleur et humiliation. [Ft. Jessy]

Message  Jessy Hyou le Lun 14 Oct - 22:36

Les yeux mouillé de larmes, je dévisageai le reflet qui apparaissait devant moi. Ça avait recommencer, encore. Une fois de plus. Une fois de trop ! Je baissai le regard, jetant la boîte vide par terre. Le heurt avec le carrelage provoqua un petit tintement. Depuis combien de temps durait cette mascarade ? Je relevai la tête, les mèche collées sur mon visage à cause de la transpiration. Prenant une immense inspiration, je me baissai et jetai le tube dans la poubelle. Je me passai une serviette sur le visage, gardant un sourire naturel. J'étais heureuse, bien sur que je l'étais. Mais avoir besoin de ça pour l'être entièrement me démoralisait. Je voulais que Lutetia me suffise. Lui, et que lui. J'attrapai mon manteau et sorti. Chi et Lusée était resté à la maison. Quand à Lui, il devait surement être avec ses parents, ou Néo. J'espérais à chaque fois que personne ne lève la main sur lui, mais aucune nouvelle cicatrice n’apparaissait. Quand aux anciennes, elle restaient fermées. Je devais aller chercher mon violon chez Eden. Après la mort du vieux violoniste, c'était sa fille qui avait reprit la boutique. Tout le monde disait qu'elle avait le même dont que son père. Je le croyais aussi. Tout en serrant les dents, j'imaginais Lutetia rentrée, me déposer un baiser sur les lèvres et me raconter sa journée. Nous nous quittions 4 heures par jours, toujours pendant les mêmes horaires. Je me posais beaucoup de questions.

Et si il avait trouvé quelqu'un d'autre, mieux que moi ? L'idée qu'il soit avec une autre, dans ses bras ou dans son lit me serrait le coeur. Non, même pas. Cette idée me rendait folle de rage. Mais c'était impossible. Je ne voulais pas y croire, ni l'accuser de quoi que ce soit sans preuve. Et je n'avais pas l'intention d'en chercher. Je voulais croire en lui. Oui, il ne se passait rien, et il était normal qu'il passe un peu de temps avec ses parents. J'étais déjà comblé depuis que nous étions ensemble - et ça faisait maintenant presque deux mois -, bien que ces quatre heures étaient un calvaire. Quoi qu'il en soit, nous nous retrouverions bientôt à la maison. Il ne faisait pas très beau aujourd'hui. Quand est-ce que le beau temps reviendrait ? Pas avant un moment, car l'hiver battait son plein, j'étais même surprise qu'il n'ait pas encore neigé. C'était le première hiver où je ne me morfondais pas de passer noël sans mes parents. Non, cette fête là serait pleine de rire et de joie. Mon premier noël avec Lutetia, j'avais tellement hâte. Ce n'était pas avant plus d'une semaine, je devrait prendre mon mal en patience. J'étais assez embêtée pour son cadeau. Qu'est ce qui pourrait lui faire plaisir...Une petite enquête s'imposait.

Je souris, poussant la porte de la petite boutique. Une étrange chaleur s'en dégageai, comme une aura familiale, c'était vraiment agréable. Eden me fit un large sourire en m'apercevant, allant de suite chercher l’étui dans un des casiers. Il y avait beaucoup de violons ici, ça me faisait plaisir de voir que les affaires marchaient pour elle. Ce n'était pas le cas de tous les commerçants à Chistère. J'ouvris le boîtier qu'elle m'avait présenté, découvrant mon instrument remit à neuf. C'était vraiment du travail de pro, elle avait du y passer du temps. Vu que j'avais confiance en elle, je payais toujours d'avance, ce qui me permis de le mettre directement sur mon dos. Je lui lançai, la voix chaleureuse :

" Merci Eden. C'est du bon travail.
 -Si c'est pour toi, Jessy. Repasse quand tu veux, même si ce n'est que pour boire un café ! "

Je lui souris encore, la saluai, et sorti. On sentait nettement la différence à l'extérieur. Le vent soufflait fort. Je m'imaginais une seconde, réchauffé par les bras de Lutetia. Brrr, un frisson me parcourut le dos. Je ne voulais pas rentrer tout de suite, même s'il faisait vraiment froid. Pas pour être seule dans la chambre à l'attendre. Je décidai donc d'emprunter un autre chemin, légèrement plus long. Les routes était désertes. Les gens étaient surement chez eux, au chaud, à préparer le repas du soir en famille. Je marchai ainsi pendant quelques mètres, m'arrêtant soudainement. Mon regard était rivé sur le bâtiment peint de rouge. Depuis combien de temps n'étais-je pas entrer dans ce dojo ? J'avais pris des cours pendant vraiment longtemps, étant plus jeune. Je ne me débrouillais d'ailleurs pas trop mal. Il me restait un peu de temps, autant y faire un tour. Je n'avais peut-être pas le droit d'être ici, autant me faire discrète. Trop tard, une voix rauque m'interpella. Déjà griller ? Je ne comprenais pas très bien ce qu'il voulait, mais je m'approchais sur la pointe des pieds.

Mon cœur rata un battement. Lutetia était debout sur le tapis de combat à côté d'un des chefs de partie. Je ne le connaissais pas personnellement, mais j'avais déjà entendu dire qu'il s'appelait Hans. Tout le monde se dévisageait, bien que mon regard ne quittait pas celui de Lutetia. Que faisait-il ici ? Il ne m'avait jamais parlé de ça ! Pourquoi m'avait-il menti ? J'étais légèrement irrité, mais ce n'était rien par rapport au profond soulagement que j’éprouvais. Il ne m'a pas trompé, il ne m'a pas trompé. Cette phrase résonnait en boucle dans ma tête. D'après la façon dont Hans me regardait, il voulait que je test mon compagnon. Il n'avais pas la moindre idée à quoi il faisait face...Très bien. Le sourire aux lèvres, je me défit de mon manteau, laissant mes chaussures sur le bord du tapis. Timidement, je m'avançais. Mon regard d'enfant ce posa sur le blondinet, malgré ma voix joueuse qui lançait :

" Ne me ménage pas. "

En une fraction de seconde il était à terre. Il n'avait pas du comprendre grand chose. Je réprimai un petit rire enfantin, l'aidant à se relever. Finalement, ça avait fini en éclats de rire. Enfin, pour moi...Je n'aurais su dire le nombre de fois où il fini sur le sol. Il avait tout essayé. Finalement c'était peut-être utile qu'il passe du temps ici. Après quelques minutes je lui demandai, tout en nouant mes longs cheveux en queue de cheval :

" Si j'avais su que ce serait si simple... "

_________________
avatar
Jessy Hyou
Admin

Messages : 267
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans les bras de Lutetia.

Identité
Mon animal et son prénom ?: Chi, une panthère noire
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur http://the-black-world.creationforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entraînement, douleur et humiliation. [Ft. Jessy]

Message  Lutetia Koneko le Lun 14 Oct - 23:23

Lutetia eut un sourire nerveux quand Hans le poussa légèrement en avant. Il l'entendit s'éloigner pour s'asseoir aux bords des tapis. Le sourire de Jessy le faisait fondre.

" Ne me ménage pas. "


Lutetia eut un petit rire nerveux. Aucune chance. Avant même qu'il ne lui porte le premier coup, il fut à terre. Il se releva en acceptant la main de Jessy. Il regretta rapidement son mensonge. Jessy le mettait tout le temps à terre en une fraction de seconde. Comme s'il n'avait rien pesé. Il faisait quand même un mètre quatre-vingt ! Et elle seulement un mètre cinquante deux... Il arrêta de compter le nombre de fois où il fut à terre. Toujours sous l'oeil attentif de Hans. Pas un seul conseils ! Lutetia aurait aimé la mettre à terre ne serait-ce qu'une seule fois. Protéger Jessy ? Pffft, c'est plutôt le contraire qu'il faudrait faire. Une fois, il réussit à éviter de se retrouver à terre dès la première seconde. En essayant de lui porter un coup, il se retrouva à terre. Et tout ça, en seulement quelques minutes ! Étaler à terre, Lutetia n'en pouvait plus. Son regard erra sur le plafond tandis que la voix de Jessy s'éleva.

" Si j'avais su que ce serait si simple... "


Elle n'était même pas essoufflé ! Il souffla, contrarié pendant que le rire de Hans remplissait le silence. C'était humiliant. Tout simplement humiliant. Lutetia s'assit et se massa la nuque. Il fallut plusieurs minutes à Hans pour qu'il arrête de rire.


- Excuse moi Lutetia. Je ne pensais pas que ça serai vrai quand j'ai dis ça aux autres !

Le garçon lâcha un grognement. En se relevant difficilement, il soupira. Il n'en voulait pas à  Jessy. Il s'en voulait simplement d'être aussi nul. Il avait tout oublié. Se défendre, attaquer. Pourtant, il savait le faire avant. Avant... Avant ces douze mois de calvaires. Un éclair de tristesse passa dans les yeux de Lutetia pendant qu'il baissait la tête. Hans s'approcha et tapota la tête du garçon.


- Oh, c'est pas grave, après tout c'est pas un adversaire facile que tu as devant toi... Hun... En tous cas, je crois avoir compris.

Lutetia releva la tête et haussa un sourcil en essayant de comprendre. Qu'avait-il comprit ? Pour la première fois depuis qu'il s'était relever, Hans posa les yeux sur Jessy. Un sourire éclaira son visage. Hans avait les cheveux bruns, mais il possédait déjà quelques mèches grises. Il tendit sa grosse main à Jessy.


- Je suis le commandant Hans Riegel. Enchanté de vous rencontrer pour de vrai. Vous êtes plus belle que le reflet qui se trouve dans les yeux de Lutetia.

Lutetia cligna des yeux et lui donna un coup de coude dans les côtes. Il eut autant d'effet qu'une boule de papier. Hans rit légèrement et continua son discourt comme si de rien n'était.


- Pardonnez moi, de le maltraité ainsi, mais il veut pouvoir vous protéger. D'ailleurs il se débrouille pas trop mal...

Lutetia rougit. Pourquoi ? Pourquoi le lui avait-il dit ? Elle ne lui avait pourtant rien demander. Puis il se rembruni et son regard alla chercher un point invisible. Pas trop mal, pas trop mal. Il passait plus de temps à terre que debout. Il avait une moue boudeuse sur le visage. Il entendit le rire de Hans, sans trop savoir pourquoi. Une nouvelle de fois ses cheveux se firent ébouriffer...


- Si tu étais si nul que tu le penses Lutetia. Tu ne te serais même pas relever la première fois. Aller, on se voit demain...

Et il partit. Lutetia n'osa même pas regarder Jessy. Il avait honte de son mensonge. La gorge serrée, il finit par prendre la parole.


- J'aurai pas dut te mentir. Je suis désolé...

Il aurait voulu la prendre dans ses bras, mais il redoutait sa réaction. Il se balançait d'avant en arrière. Ne sachant plus sur quel pied danser. Il se pencha un peu en avant et son front toucha celui de Jessy. Le contact le fit frémit. Ses mains cherchèrent celle de Jessy.


- Tu es magnifique...

Il se pencha en avant, et l'embrassa légèrement. Il espérait que son amour pour elle suffirait à se faire pardonner. Alors que ses lèvres s'écartaient de celle de Jessy. Il lui balaya les jambes et ils tombèrent tout les deux à terre. Lutetia éclata de rire. Innocemment et avec un grand sourire, il dit.

- Oups.

_________________
avatar
Lutetia Koneko
Admin

Messages : 252
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans mon monde

Identité
Mon animal et son prénom ?: Lusée, un chat noir
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entraînement, douleur et humiliation. [Ft. Jessy]

Message  Jessy Hyou le Mar 15 Oct - 0:50

Lutetia semblait avoir perdu tous ses moyens. L'entraîneur ne ménageait pas son rire, c'était un peu humiliant. J'en riait plus qu'autre chose, bien que voir mon petit protégé à terre n'était pas mon passe temps favoris. Il finit par s'asseoir et se massa la nuque, alors que la voix de Hans résonnait dans le dojo :

Excuse moi Lutetia. Je ne pensais pas que ça serai vrai quand j'ai dis ça aux autres !
- Oh, c'est pas grave, après tout c'est pas un adversaire facile que tu as devant toi... Hun... En tous cas, je crois avoir compris.

Il s'était relevé, la main du moniteur glissant sur ses cheveux. Je souris à sa remarque, commençant à me demander de quoi était-il capable exactement. La différence entre nous était quand même que je me battais plus avec la magie. Les deux ensemble faisait la force. La force de Chistère. Le géant se tourna vers moi, un sourire aux lève, et me tendit son énorme main :

- Je suis le commandant Hans Riegel. Enchanté de vous rencontrer pour de vrai. Vous êtes plus belle que le reflet qui se trouve dans les yeux de Lutetia.

Je plissai les yeux, amusé. Trêve de flatterie. Le petit blond sembla se fâcher, car il donna un faible coup de coude dans le côtes de son mentor.

- Pardonnez moi, de le maltraité ainsi, mais il veut pouvoir vous protéger. D'ailleurs il se débrouille pas trop mal...Si tu étais si nul que tu le penses Lutetia. Tu ne te serais même pas relever la première fois. Aller, on se voit demain...

J'hochai la tête, les yeux rieurs, alors qu'il quittait les lieux. Lutetia était rouge de honte, il m'évitais du regard. Il était si mignon, on aurait dit un enfant boudeur. J'avouais ne pas comprendre. Pourquoi ce soudain besoin de me protéger ? Ne veillait-il pas déjà sur moi ? Je n'avais besoin de l'aide de personne pour me défendre. Il jouait déjà un rôle tellement important, je n'aurais pas pus le risquer de le perdre dans ce genre de combat. Jamais plus je ne voudrais vivre sans lui. Pour rien au monde j'aurais voulu m'en séparer. Il semblait toujours aussi gêné, mais finit par me dire, les joues roses :

- J'aurai pas dut te mentir. Je suis désolé...

Je ne fis rien, sentant son front se poser sur le mien. Ce n'était pas de la colère, mais j'étais comme triste qu'il ait eu peur que je n'accepte pas ses choix. Au point de me mentir. Je ne pus cacher un léger sourire quand il me flatta, alors que ses lèvres touchait déjà les miennes. J'en avais rêvé toute l'après midi... Si chaud, si doux. On pouvait entendre le vent battre contre les murs à l'extérieur, je n'avais pas envie de sortir. Juste de rester allongé, là sur ce tapis, nos corps enlacés. J'allais lui dire que nous devrions rentrer, quand mes fesses se retrouvèrent à terre. Qu...Quoi ? Je mis du temps à réaliser, alors que Lutetia riait déjà, lâchant un petit " Oups ". Battant des cils, mon sourire s'élargit, et je me mis à rire, moi aussi. Il voulait jouer ? Je le poussai et me mis à quatre pattes au dessus de lui, mes cheveux lui tombant sur le visage. Même attachés ils restaient incroyablement longs. Lui saisissant les épaules tout en prenant soin de ne toucher aucune cicatrices, je le tirai sur le côté, et nous roulâmes tout en riant. Je me retrouvais en dessous. Il semblait bien. Il semblait heureux...

Nous sommes sortis du bâtiment, serrés l'un contre l'autre dans mon manteau pour nous abriter du froid. Le vent soufflait tellement fort. Nous marchions en silence. Je n'avais pas prononcé le moindre mot depuis que j'avais appris ça. Je ne savais pas quoi dire...Je ne voulais rien lui reprocher, tout ça était quand même parti d'une bonne intention. Ses yeux bleus étaient rivés droits devant lui. Je ne lui avait jamais dis, mes des fois ils me faisait peur. Ce regard. C'était le même que son père. Je ne pouvais pas penser ça, pas le comparer à ce...à ce monstre. Oui, c'est un monstre. Lutetia ne sera jamais comme ça. Je l'espérais très fort. Comment pouvais-je même en douter un instant ! Balayant cette pensée, je lui demandais la voix forte, les yeux braqués sur la route :

" Pourquoi ne m'as tu pas dis que tu prenais des cours au dojo ? Tu pensais que je m'y opposerai ? "

J'avais peut-être été un peu sèche. Je lui passais une main dans le dos, un léger sourire sur le visage. Pourvu que tu ne te fâche pas...

_________________
avatar
Jessy Hyou
Admin

Messages : 267
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans les bras de Lutetia.

Identité
Mon animal et son prénom ?: Chi, une panthère noire
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur http://the-black-world.creationforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entraînement, douleur et humiliation. [Ft. Jessy]

Message  Lutetia Koneko le Mar 15 Oct - 1:32

Lutetia fondit en l'entendant rire. Elle semblait si heureuse. Il tendit la main et caressa la joue de Jessy. Ses cheveux lui chatouillèrent le nez, et son sourire s'élargit. En quelques secondes il se retrouva au-dessus d'elle. Il ne put se retenir de rire face à son manque de force. Lutetia enfila rapidement son manteau et ses bottes. Entièrement vêtu de noir, il se sentait bien dans ses vêtements. Il n'aimait pas le blanc. Pourtant, il était fou du teint blanc de Jessy.

Dehors, le vent soufflait fort. Très fort. Pourtant ils marchaient comme s'il n'existait pas. Ils marchaient serrés l'un contre l'autre. Lutetia se réjouissait de la chaleur de Jessy. Elle était tout le temps si chaude. Il serra les dents, mais garda le sourire, quand son ventre le fit souffrir. Son regard erra sur l'horizon. Pourquoi maintenant ? ça ne pouvait pas attendre ? Son coeur accéléra brusquement. La question de Jessy tomba à point nommé.

" Pourquoi ne m'as tu pas dis que tu prenais des cours au dojo ? Tu pensais que je m'y opposerai ? "


Cette question ne le surprit pas. Depuis qu'il avait commencé, il avait imaginé toute les réponses possibles qu'il pourrait lui donner. Toutes les raisons qu'il avait. Lutetia posa doucement sa tête sur celle de Jessy en soupirant. Il ferma les yeux. Ils marchèrent en silence pendant quelque minute. En réalité, le blondinet attendait que la douleur disparaisse, ou se calme. Il soupira de nouveau quand il put respirer de nouveau tranquillement. Sa main alla frotter le bras de Jessy. Il lui répondit d'une voix douce.


-  D'abord, ce n'est pas seulement au dojo. Et puis je ne voulais pas t'inquiéter...

Lutetia redressa la tête. Un doux sourire ornait son visage. A contre coeur, il se détacha de leur étreinte. Il marchait à reculons, pour mieux voir Jessy. Ses mains se posèrent de chaque côté de sa taille. Il posa son front contre le sien. Tout en continuant de reculer, il lui murmura.


- Mais, en faisant ça. Je t'ai surement inquiété encore plus ?

Il l'embrassa sur le front. Puis, sans prévenir, il la souleva et la fit tournoyé. Il la déposa en riant. Il l'enlaça et l'embrassa. Puis il se serra de nouveau contre elle. Son bras passait sur ses épaules et lui frottait doucement le bras. Lutetia était perdu dans ses pensées. Son regard s'égara un instant sur l'horizon. Sans s'en rencontre il dit doucement.


- Ma mère veut que je retournes à la maison pour mon anniversaire...

Il cligna des yeux en se rendant compte qu'il l'avait dit tout haut. C'était pour bientôt. Il pencha légèrement la tête vers Jessy. Sa main frotta l'épaule son épaule. Il lui dit après l'avoir embrasser sur la tempe.


- C'est juste le 22.

Il se surprit lui même par la distance dans sa voix. A s'entendre c'était comme si ce n'était qu'un jour comme les autres. Son sourire se fit un peu plus triste et sa main se crispa légèrement sur l'épaule de Jessy. Il n'avait aucune idée de ce qui se passerait une fois là-bas. En faite, il ne savait absolument pas s'il aurait le courage. Le courage d'abandonner Jessy une journée. Car, il était simplement hors de question qu'il l’amène avec lui. Ses parents la détestaient. Et elle devait surement les détester... Lutetia loucha et cligna des yeux lorsque quelques choses de froid atterrit sur son nez. Il leva le nez vers le ciel.
Ce qu'il vu le laissa bouche bée. Des centaines de petits points blancs tombaient. Comme sur Saturnal ! Ils étaient glacés. Bien plus glacé que lui. Un sourire enfantin apparut sur son visage. Il prit et serra la main de Jessy. Une joie innocente se répandait en lui.


- Regarde ça... C'est magique !

Au fond de lui, il était plus que content qu'il neige. ça lui permettait de changer de sujet.  Il avait déjà vu de la neige. Mais il n'avait jamais voulu s'en approcher. Sur Saturnal, cette zone l'effrayer trop pour qu'il ait envie de s'approcher. Quant à l'année dernière. Il s'était contenté du froid et de voir les plaines maudites se recouvrir de blanc. Il avait toujours trouvé ça étonnant et magique. Pourquoi cette couleur blanche ? Pourquoi étaient-ils glacés ?

_________________
avatar
Lutetia Koneko
Admin

Messages : 252
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans mon monde

Identité
Mon animal et son prénom ?: Lusée, un chat noir
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entraînement, douleur et humiliation. [Ft. Jessy]

Message  Jessy Hyou le Mar 15 Oct - 19:16

Le silence m'inquiétait. Il ne répondait rien, continuant d'avancer, son bras sur le mien. Un courant froid me glaça le dos. L'air froid me prenait à la gorge, c'était une sensation si rare sur Chistère. Elle avait beau être désagréable, je ne pu m'empêcher de la savourer. Lutetia me répondit finalement :

 D'abord, ce n'est pas seulement au dojo. Et puis je ne voulais pas t'inquiéter...

Mauvaise excuse. Je fis la moue en baissant les yeux, alors qu'il se détachait de moi pour marcher à reculons. Il me toisait, le visage doux.

- Mais, en faisant ça. Je t'ai surement inquiété encore plus ?

Vrai. Pourtant je ne répondis rien, me contentant de lever la tête vers le ciel brumeux. Un baiser vint atterrir sur mon front. Malgré ma moue boudeuse, je n'aurais pas été capable  de lui faire la tête. J'en étais tout bonnement incapable. Mes pieds quittèrent soudainement le sol, m'arrachant un petit cri de surprise. J'éclatai de rire quand il me fit tournoyer, il me connaissait trop bien. Je clignai des yeux quand il posa enfin, le souffle court. Il s'était remis à fixer l'horizon, le regard froid. Sa voix s'éleva doucement :

- Ma mère veut que je retournes à la maison pour mon anniversaire...

Mon coeur se serra. C'était le 22. Comment aurai-je pu l'oublier. J'aurai tellement voulu être avec lui pour son anniversaire. Ce que j'avais considéré pendant longtemps comme un fête insignifiante. Cette fois, je voulais qu'elle soit parfaite. Qu'il se souvienne de cette journée pendant très longtemps, une journée où on ne serait que nous deux. Je secouai doucement la tête. Comment pouvais-je être si égoïste ? Baissant de nouveau le regard, il confirma ce que je m'étais dis quelques secondes plus tôt :

- C'est juste le 22.

Il ne semblait pas le prendre au sérieux. Peut-importe, il avait surement raison. Une journée ne nous tuera pas, il faudra qu'on se prépare à pire plus tard. Qui sait ce qui pourrait bien arriver...

- Regarde ça... C'est magique !

Sa voix me fit sursauter. Une sensation de froid se colla à ma joue. Je levai les yeux, ne pouvant retenir un petit bruit de surprise. Le ciel lâchait sur nous des millions de petites particules blanches. Le mot résonna dans ma tête : Flocons. C'était ainsi que disait mon père. Je déglutis, ravalant par ce geste tout le chagrin que cet événement avait fait resurgir. Il n'avait pas neigé à Chistère depuis la mort de mes parents. C'était l'occasion de remplacer ce souvenir. Mes doigts se serrèrent sur la main de Lutetia. Je l'aimais, qu'est ce que je l'aimais. Un grand sourire éclaira mon visage. J'étais heureuse. Grâce à lui. 
Je m'arrêtais un instant, voyant un animal traverser la route. Je n'eu pas le temps de bien voir ce que c'était, il avait déjà disparu. Étrange, un double ? Peut importe. C'était un félin,  j'en étais sûre. Surement celui d'un habitant de la ville. 

Je fus soulagé en entrant de le château. Il faisait chaud. Les cheminées étaient allumés, les employés étaient tous partis. Je lâchai un instant sa main, et allai allumer la petite radio posé sur un grand meuble en bois. L'ambiance était incroyable, c'était suremment du à ce que la pièce soit éclairée par la seul lumière du feu. Amusée, je sautillai jusqu'à lui et le pris par la taille. C'était la même musique que cette fameuse soirée. Les employés avaient du refaire une petite fête entre eux.  Je fis quelques pas, l'obligeant gentiment à me suivre. Je peinais un peu pour le faire tourner. Riant doucement, je lui dis :

" C'est moins facile qu'avec les talons..."

Mes yeux étaient constamment plongés dans les siens. Je ne pouvais pas m'en passer. Je me mis sur la pointe des pieds, un main dans sa nuque et l'embrassa lentement. Lentement mais fougueusement. J'étais folle de cette saveur. Mon coeur battait au rythme de la musique. Tout était si parfait...
Nous sommes finalement montés, main dans la main, l'esprit détendu. Une seule pensée dansait dans ma tête : nous glisser sous les draps et revivre une de nos nuits fabuleuses. Pourtant, en poussant la porte, tout ça me sembla soudain très loin.  Un garçon, semblant avoir une vingtaine d'année était allongé sur le lit, plongé dans un de mes magazines. Il faisait quoi là lui ? Et qui était ce d'abord ? Je ne voulais pas connaître l'expression de Lutetia. Surtout pas. Le garçon était plutôt petit, les cheveux noirs à peu près de la même taille que ceux du petit blond. Je ne voyais pas ses yeux. Ils étaient baissés sur les pages. 


Je toussotai, espérant avoir un peu d'attention. Rien. Ça commençait à m'énerver. J'avais lâché la main de Lutetia. M'avançant, j'attrapai le magazine de ses mains et je jetai sur la petite table de chevet. D'une voix forte, presque colérique, je lui lançai :

" Pourrai-je savoir quel est celui qui s'est invité dans mon lit ? "

Un sourire malicieux se dessina sur ses lèvres. Je n'aimai pas le ton sur lequel il me répondit, tout en levant les yeux vers moi :

" Tiens, Jessy. Tu es enfin rentrée."

Ses prunelles étaient d'un rouge sang. Qui était cet homme ? Je commençais à me sentir mal à l'aise...

_________________
avatar
Jessy Hyou
Admin

Messages : 267
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans les bras de Lutetia.

Identité
Mon animal et son prénom ?: Chi, une panthère noire
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur http://the-black-world.creationforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entraînement, douleur et humiliation. [Ft. Jessy]

Message  Lutetia Koneko le Mar 15 Oct - 20:00

Lutetia fut content, qu'elle ne prête pas plus attention, à ce qu'il lui avait dit. Elle aussi semblait émerveillée par la neige. Le nez vers le ciel, il les observait tomber avec un grand sourire enfantin, il ne remarqua même pas la chose qui traversa la route. En entrant dans le château, Lutetia se laissa bercer par la douce chaleur qu'il y régnait. Il enleva son manteau et le laissa tomber, quand Jessy le prit par la taille pour danser. C'était la même musique. La même musique qu'au bal. Il éclata de rire, en la faisant tournoyer, quand elle dit.
" C'est moins facile qu'avec les talons..."
Au moins, il n'avait pas oublié comment danser. Pendant plusieurs minutes, ils dansèrent. Aux rythmes de leur coeur. Au rythme de la musique. Lutetia se pencha en avant et le baiser le fit frémir. Il ne pencha plus qu'à se retrouver dans leur chambre. Au chaud, dans leur lit. Il émit un ronronnement de satisfaction, tout en se laissant entraîner. Jessy semblait avoir la même idée que lui. Ils montèrent main dans la main. Parfois, il lui volait un ou deux baisers, et s'écartait en riant.

Lutetia cligna des yeux en entrant dans la chambre. Un garçon aux cheveux noirs était allongés sur le lit et lisait un magasine. Pendant quelques secondes, le blondinet se demanda s'ils ne s'étaient pas trompé de chambre. Le toussotement de Jessy lui confirma que non. Il ne put s'empêcher de sourire en voyant Jessy s'énerver. En s'appuyant contre la porte fermé, il ôta une de ses bottes.

" Pourrai-je savoir quel est celui qui s'est invité dans mon lit ? "
" Tiens, Jessy. Tu es enfin rentrée. " 



Lutetia lança le premier objet qu'il lui tomba sous la main sur l'inconnu. C'est à dire sa seconde botte. Le ton de l'inconnu était beaucoup trop familier. Un sourire boudeur apparut sur le visage de Lutetia tandis qu'il s'approchait du lit. Combien d'autre garçon il y avait eu ? Sa botte avait bien atteint sa cible. En plein visage même. Il l'attrapa par le col de son tee-shirt et le souleva. Il le souleva comme son père l'avait fait quand il était venu lui demander de le laisser partir. Une flamme glacée et possessif brûlaient dans ses yeux. Il plongea son regard dans celui de l'inconnu. Il s'avança vers la porte en le tenant. Ses yeux étaient aussi rouge que ceux de Jessy. Lutetia ne fut gêné, après tout il n'était pas Jessy. Il cligna des yeux lorsque l'inconnu déclara.

"Je m'appelle Alice Hyou ! Jessy, tu ne te souviens pas de moi ? Dis lui de me lâcher immédiatement !"


Lutetia sentit un grand sourire apparaître sur son visage. Alice. Alice. Il le lâcha prit d'un énorme fou rire. Lutetia se tenait les côtes et du s'asseoir sur le lit tellement il riait. Pour lui, Alice était un prénom de fille. La voix de l'inconnu laissait supposer que c'était un homme. Trop grave pour être celle d'une fille. Et puis, il n'avait aucune forme ! Jessy en avait, même s'il elles étaient minuscules, elle en avait. Alice le ressemblait. En plus petit, avec des cheveux noirs et des yeux rouges. Lutetia réussit à se calmer au bout de quelques minutes. Des larmes de rires au bout des yeux, il se releva. Il souleva le garçon et le poussa jusqu'à la porte en disant.

- C'est sympa d'être passer, mais maintenant il est temps de dégager. C'était une bonne blague, mais une fois ça va et à la seconde ça devient tout de suite moins drôle, donc ça serai avec plaisir qu'on ai plus à croiser votre route. Si vous voulez lui parler, passer un autre jours... Hum, jamais ça vous convient ? Non, tant pis, faite avec.

Puis il le poussa et referma la porte. Un grand sourire au visage, il s'appuya contre la porte. Il plongea son regard bleuté dans celui de Jessy. Il lui dit avec amusement.


- Tu le connais vraiment, ou c'est encore un de mes remplaçant ?

Lutetia lâcha un léger rire. Il se serrait volontairement approché de Jessy pour l'embrasser, mais de violent coup de poing contre la porte, réduisirent son idée en miette. Son sourire se transforma en moue boudeuse, il rentra la tête dans les épaules et pencha légèrement la tête vers la porte. Il marmonna, un peu de colère dans la voix.

- Il compte nous énerver encore longtemps ?

_________________
avatar
Lutetia Koneko
Admin

Messages : 252
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans mon monde

Identité
Mon animal et son prénom ?: Lusée, un chat noir
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entraînement, douleur et humiliation. [Ft. Jessy]

Message  Jessy Hyou le Mar 15 Oct - 23:13

Sa voix résonna dans ma tête. Je le connaissais, mais son prénom m’échappait. Depuis combien de temps avait-il disparu lui ? J'étais silencieuse, le dos plaqué contre le mur. La botte de Lutetia vola dans sa direction, elle ne le manqua pas. Je décidai de faire la moue, cadrant mon regard sur la fenêtre. Les flocons tombaient encore, poussés par le vent. Ils n'allaient pas en venir aux mains, j'espère ? Je n'aurai pas hésiter à les séparer. Je cru que c'est ce qui allait se passer quand Lutetia s'approcha du lit et l'attrapa violemment. Pourquoi s'emballait il si vite ? Je ravalai ma salive. C'était mieux comme ça. Plus vite il serait dehors, mieux notre soirée se déroulerait. Pourtant, quand il le traîna jusqu'à la porte, j'aurai jurer entendre un fillette geindre. 

"Je m'appelle Alice Hyou ! Jessy, tu ne te souviens pas de moi ? Dis lui de me lâcher immédiatement !"

Alice. Je ne l'avais plus vu depuis au moins 5 ans. D'ailleurs, quand il été venu me voir, c'était quelques semaines après la mort de mon père. Je n'avais pas hésité une seconde à l'envoyer bouler. Comment pouvait-il avoir le culot de revenir comme ça, la bouche en fleur, après tant de temps ? J'aurais peut-être du l'écouter ce jour là. Il ne serait surement pas là aujourd'hui. Je savais ce qu'il voulait. Il avait toujours adhéré au côté " préservateur des gênes " de ma mère. Je ne préférais pas penser plus. Il était hors de question que nous fassions quoi que ce soit. Quand à l'autre, il était tordu de rire sur le lit. Je n'avais pas tout compris, pour être franche. Il se serrait les côtes, une larme au coin de l'oeil. Malgré ça, il continua de s'énerver :

- C'est sympa d'être passer, mais maintenant il est temps de dégager. C'était une bonne blague, mais une fois ça va et à la seconde ça devient tout de suite moins drôle, donc ça serai avec plaisir qu'on ait plus à croiser votre route. Si vous voulez lui parler, passez un autre jours... Hum, jamais ça vous convient ? Non, tant pis, faites avec. 

La porte se referma derrière lui. Quand il se retourna, je fus soulagée de découvrir un visage amusé.

- Tu le connais vraiment, ou c'est encore un de mes remplaçant ?

Je détournai les yeux comme s'il n'avait rien dit, entendant les coup de poing contre le bois. Les bras croisés, je ne réprimait pas un soupir. La soirée était complètement gâché. Je me serais volontiers enfermée dans la salle de bain pour prendre un cachet, mais ce n'était vraiment pas le moment. Les frissons dans mes mains se faisaient de plus en plus prononcé. Serrant les dents, je m'efforçai de ne rien laisser paraître. Lutetia marmonna :

- Il compte nous énerver encore longtemps ?

Bon, je pense que la plaisanterie avait assez duré. Je m'avançai vers la porte, l'air décidé. Alice avait toujours eu l'art de me mettre de mauvaise humeur. Nos caractères étaient loin de se compléter.  Un regard vide se posa sur Lutetia, ce gars m'épuisait déjà. J'ouvris brusquement la porte, me penchant en une fraction de seconde, évitant un gros coup de poing. Il passa au dessus de ma tête, et arriva droit sur le blondinet. Je soupirai, essayant de ne pas exploser. Le manque de comprimé était déjà, à lui seul, dur à supporté. Je ne devais pas m'emporter. Me convainquant que Lutetia allait bien, je balançai à Alice :

" Tu n'aurais pas du venir sans prévenir. Passe me voir demain après midi au pire, je t'accorderai une heure. Mais pas une minute de plus. " 

Sur ce je claquai la porte, collant mon dos à celle ci. Lâchant un long soupire, je m'approchai de Lutetia. Il était assez amoché. J'attrapai un mouchoir, et tout en le forçant à s'asseoir sur le lit, me penchai pour mieux voir. Ce n'était pas très joli. Essayant d'être la plus douce possible, je le pansais, essuyant de fine gouttelettes de sang. J'espérai qu'il ne souffrait pas. J'évitai constamment son regard. Je lui dis doucement, la voix vite d'émotion :

" Je suis désolée que ça se soit passé comme ça. Je ne pense pas qu'il voulait vraiment te faire mal. Ce garçon s'appelle Alice Hyou, c'est mon frère. "

Je ne voulais pas en dire d'avantage. Pas avant d'avoir réglé ça avec lui demain. Il allait m'entendre cet enfoiré, je n'étais plus d'humeur à rien faire. Tout ce que je voulais c'était un cachet. L'avaler, et dormir.

_________________
avatar
Jessy Hyou
Admin

Messages : 267
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans les bras de Lutetia.

Identité
Mon animal et son prénom ?: Chi, une panthère noire
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur http://the-black-world.creationforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entraînement, douleur et humiliation. [Ft. Jessy]

Message  Lutetia Koneko le Mer 16 Oct - 0:00

Lutetia rentra la tête dans les épaules, et s'écarta rapidement de la porte, en voyant le regard vide de Jessy. Il ne le connaissait trop bien. Une joie enfantine le prit, ce garçon allait morfler. Ce fut plutôt le contraire quand elle ouvrit la porte. Lutetia avait eut la mauvais idée de détourner le regard pendant quelques secondes. Il eut a peine le temps de s'écarter pour ne pas se prendre le poing dans le nez. Mais manque de chance, par un vieux reflex qu'il croyait avoir perdu, il tendit l'épaule pour encaisser le coup. La Mauvaise épaule. Il atterrit à terre. Au même endroit, où quelques instants plutôt, il avait fait tomber l'autre. Le blondinet serra les dents pour repousser les larmes. Il lança un regard noir au garçon, qui était déjà à la porte.
" Tu n'aurais pas du venir sans prévenir. Passe me voir demain après midi au pire, je t'accorderai une heure. Mais pas une minute de plus. "
Lutetia s'empressa d'enlever sa chemise quand la porte fut fermé. Sa cicatrice lui faisait tellement mal. Elle lui envoyait des pointes aigus de douleur dans le coeur. Cet imbécile avait réussit à l'ouvrir. Il sentait la colère montait, mais elle disparut aussitôt quand son regard se posa sur Jessy. Elle semblait exaspérée, fatiguée. Le blondinet grimaça quand essuya le sang. Même si ce n'était que sur le bord, ça faisait atrocement mal. Impossible de Le faire. Cet imbécile avait réussit à gâcher leur soirée.
" Je suis désolée que ça se soit passé comme ça. Je ne pense pas qu'il voulait vraiment te faire mal. Ce garçon s'appelle Alice Hyou, c'est mon frère. "
Le blondinet fronça les sourcils. Hyou ? Il ne l'avait pas entendu dire ça. En faite, il s'était arrêté sur le prénom Alice. A cette pensées, il ne put s'empêcher de sourire. Il prit le menton de Jessy dans sa main, et la força à relever la tête. Il lui sourit, son regard bleu dans celui de Jessy, les yeux légèrement plissés par l'amusement. Il l'embrassa légèrement.
- Tu n'as pas besoin de t'excuser. Le seul qui me doit des excuses c'est... C'est A... C'est ton frère. Et crois moi, il m'en fera demain. Allez, on se couche et on oublie tout ça.
Il l'embrassa de nouveau. Puis il se coucha.

Lutetia se réveilla de bonne heure le lendemain. Il embrassa légèrement Jessy avant de sortir sans un bruit de la chambre. Elle avait dit demain dans l'après-midi. Il était presque sûr que ça voulait dire pendant qu'il serait à l'entraînement. Il prit rapidement à manger dans les cuisines puis sortit rapidement. Dehors, il faisait entièrement blanc. Il avait beaucoup neigé, et le froid frigorifia Lutetia. Finalement il se dit que ce n'était plus si sympa que ça la neige. Il croqua dans une pomme en se rendant à la caserne. Il était presque sûr que Hans s'y trouverait.
Lutetia se pencha pour vérifié si Hans était là. Bingo ! Il discutait avec un officier qui semblait beaucoup plus jeune que lui. Le blondinet attendit qu'ils aient finis leur discutions pour, s'approcher du commandant en trottinant. Le visage du vieux soldat s'éclaira en le voyant venir. 
- Tiens, Lutetia ! Tu tombes vraiment bien, je voulais te dire, que malheureusement je ne pourrai pas t'entraîner aujourd'hui. 
Lutetia sourit. Il avait vraiment de la chance en ce moment. Hans ne manqua pas de le remarquer, il lui ébouriffa les cheveux en disant.
- On dirait que tu avais déjà prévu autre chose, tant mieux. Tu es jeune, profites-en ! N'oublie pas, la prochaine fois c'est cinquante tours !
Le blondinet éclata de rire et s'en alla. Il avait l'impression de voler, tellement il se sentait léger. En passant sur la place, il remarqua la petite statuette de panthère de la dernière fois. Le marchand lui aussi semblait se souvenir de Lutetia. Il l'acheta. C'était de l'argent honnête. D'ailleurs, voler lui manquait légèrement. Mais si Jessy apprenait qu'il avait recommencer, il passerait un mauvais moment. Très mauvais même. 
Le blondinet flâna toute la journée en ville. Ce n'est qu'en début d'après midi qu'il rentra au château. Alice devait arriver dans un moment. Lutetia arriva à prendre quelques choses à manger sans tomber sur Jessy. Tant mieux. Il se glissa sans un bruit dans son bureau. C'était impressionnant. Le blondinet hésita entre se cacher derrière les rideaux, ou sous le bureau. Le bruit de la poignée le fit sursauter, et il décida de se cacher derrière les rideaux. Maintenant, il ne lui rester plus qu'à prier pour que Jessy ne le voit pas.

_________________
avatar
Lutetia Koneko
Admin

Messages : 252
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans mon monde

Identité
Mon animal et son prénom ?: Lusée, un chat noir
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entraînement, douleur et humiliation. [Ft. Jessy]

Message  Jessy Hyou le Mer 16 Oct - 1:37

La main de Lutetia vint gentiment me relever la tête. 

- Tu n'as pas besoin de t'excuser. Le seul qui me doit des excuses c'est... C'est A... C'est ton frère. Et crois moi, il m'en fera demain. Allez, on se couche et on oublie tout ça.


Il m'embrassa doucement, puis nous sommes aller nous coucher. Je ne pris même pas de cachet ce soir là. J'étais bien trop fatiguée. Ma nuit fut désagréable, agitée par les rêves. Pas assez violents pour être qualifiés de cauchemars, mais on s'en rapprochait. 

Quand je m'éveillais, Lutetia était déjà parti. Où avait-il bien pu aller ? Peut-importe, tant qu'il ne m'avais pas réveillé en partant. Je pris ma douche puis m'habillai tranquillement. La cuisine répandait une odeur de croissant dans tout le château, ça me levait presque le cœur. Je me contentai de manger une poire, tout en signant tout un tas de document. Je m'essuyais le front, le chauffage était vraiment fort ici. Je ne fis rien de plus que de l'administration pendant cette matinée. A midi, je m'absentai une demi heure pour aller chercher de quoi manger, et prendre mon frère au passage. Nous étions censés nous retrouver à 2 heures sur la place. Tel que je le connaissais, il serait en retard. Ce fut bien sur le cas.

Je faillis m'en aller à 2h05, fatiguée d'attendre debout au milieu de rien. Je sentis pourtant quelqu'un m'attraper la manche. Me retournant, je fronçais légèrement les sourcils, et déclarai en soupirant :

" Allons y. "

Nous étions au château en moins de deux minutes. Je me laissais tombé sur ma chaise après avoir posé mon déjeuné sur le bureau. Je n'avais même pas eu le temps de l'invité à s'asseoir, il était déjà affalé, ses jambes allongés sur une pile de dossiers. Je me raclai la gorge, voyant qu'il n'y avait aucune réaction. Nous étions tellement différents. D'après ce que j'avais compris - car j'en savais moi-même très peu - il était parti de la maison quelques temps après ma naissance. Ou alors ce sont mes parents qui l'avaient laissé chez des amis pour sa sécurité. Je n'en étais plus très sur. Il m'énervait légèrement. Je lui crachai, tout en rassemblant des documents :

" Un peu de tenue, tu es dans un bureau je te rappelle. "

Son sourire m'agaça d'autant plus. Sa façon de rire avait une façon de rabaisser les gens, un idiot qui prend le monde pour des idiots. On aura tout vu. Il me répondit, l'air joueur :

" Pas de ça avec moi pt'ite sœur. Au fait, il est mignon ton copain. Tu lui as rien dit in ? "

Je n'eue aucune réaction, me contentant de plonger mes yeux rouges dans les siens. Des éclairs auraient pu se former. Le menacer de ne rien dire n'aurait servi à rien, tout le monde s'en doutais. Même si personne n'était vraiment au courant de son existence, il s'était fait discret. Et il avait bien fait. Je vivais mieux sans lui. Il fallait que je réponde, il ne me laissera pas me défiler. 

" Je sais que tu lui diras toi même si je ne le fais pas. Et pourtant tu sais que tu ne devras jamais rien attendre de moi. Je ne ferais rien, je me fiche de ce que mère disait.

- Je te trouve bien égoïste, il n'est rien pour toi. Tu ne pourras pas me mentir, Jessy.  "

Pendant une seconde, je cru que j'allais lui arracher la tête. Il ne fallait pas. Il n'attendait que ça. Pourtant c'était de trop. Je claquai mon poing sur le bureau, faisant légèrement brûler le bois.

" Et tu es qui toi, pour prétendre savoir ce que je ressens à l'égard d'une personne ? Un frère qui nous a abandonné pendant 10 ans ? Tu n'es pas le mieux placé pour dire quoi que ce soit. Quand à Lutetia, il tient une place dans mon coeur qu'un gars comme toi ne pourras jamais atteindre. "

Il éclata de rire, se leva, et sortit simplement. Je n'en pouvais plus...Je me laissai tomber sur le bureau en face de moi, les larmes au yeux. Seul le mouvement irrégulier de mes épaules trahissait mes sanglots étouffés. Le manque me faisait perdre la tête. Ma main se posa sur un de mes tirroir. Je l'ouvris lentement. Plusieurs boîtes de comprimés. En dessous, une photo de Lutetia. J'avais pensé qu'en le voyant, j'aurai moins envie d'en prendre. Je pensais qu'il me donnerait du courage. C'était le cas, c'était moi qui était trop faible. J'ouvris la boîte, et avalai le cachet en essuyant mes yeux. L'air me manquait. Je me levai, mis mon manteau et et sortis, un sourire artificiel sur le visage.

_________________
avatar
Jessy Hyou
Admin

Messages : 267
Date d'inscription : 14/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans les bras de Lutetia.

Identité
Mon animal et son prénom ?: Chi, une panthère noire
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur http://the-black-world.creationforum.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entraînement, douleur et humiliation. [Ft. Jessy]

Message  Lutetia Koneko le Mer 16 Oct - 2:29

Pendant quelques secondes, Lutetia se demanda si c'était vraiment bien ce qu'il faisait. Si espionner Jessy, pour en savoir plus sur ce frère était bien. Il eut rapidement sa réponse en entendant le raclement de gorge de Jessy. Son ton était tous sauf amical quand elle lui cracha dessus.
" Un peu de tenue, tu es dans un bureau je te rappelle. "
Il sourit en l'entendant rire. Déjà qu'il n'était pas très haut, dans l'estime du blondinet, ce rire ne fit que le faire descendre encore plus. Encore une personne qui se croit supérieur, et qui par ses manières les rabaisses alors qu'il est plus bas qu'eux.
" Pas de ça avec moi pt'ite sœur. Au fait, il est mignon ton copain. Tu lui as rien dit in ? 
 Je sais que tu lui diras toi même si je ne le fais pas. Et pourtant tu sais que tu ne devras jamais rien attendre de moi. Je ne ferais rien, je me fiche de ce que mère disait. 
- Je te trouve bien égoïste, il n'est rien pour toi. Tu ne pourras pas me mentir, Jessy.  "

Le sang de Lutetia se gela. De quoi parlaient-ils ? Qu'attendait Alice d'elle ? A l'entendre Lutetia conclus que c'était une chose particulièrement délicate. Mais étrangement, il trouvait ça trop étrange d'être dans cette conversation. Que venait-il faire là dedans, à part espionner ? Pourquoi disait-il qu'il n'était rien pour Jessy ? Cette question, lui retourna le coeur tandis que des couteaux s'enfoncer profondément. Non. Jessy l'aime et l'aimerai toujours. Elle est tout pour lui, et il était certainement tout pour elle... Vraiment ? Un violent coup de poing fit sursauter Lutetia.
" Et tu es qui toi, pour prétendre savoir ce que je ressens à l'égard d'une personne ? Un frère qui nous a abandonné pendant 10 ans ? Tu n'es pas le mieux placé pour dire quoi que ce soit. Quand à Lutetia, il tient une place dans mon coeur qu'un gars comme toi ne pourras jamais atteindre. "



Le blondinet sourit. Il ne devait pas douter de Jessy. Cette simple phrase, avait cicatrisé les plaies dans son coeur, et l'avait réchauffé. Il n'aurait jamais dût douter. Il ignora simplement le rire du garçon qui s'en aller. Demain... Oui, demain, il le ferrait regretter. Il le ferrait regretter d'avoir fait pleurer Jessy. Il le ferrait regretter de parler de lui comme ça... Oh oui. Lutetia dut se retenir pour ne pas aller consoler Jessy. Il détestait la voir pleurer. Doucement, il écarta le rideau. Son sang se figea une nouvelle fois. Il vit sa main se plonger dans un tiroir et ressortir... Ressortit un comprimé bleu ? Des lignes inquiètes se formèrent sur le front de Lutetia. Jessy était malade ? Pourquoi ne lui avait-elle rien dit ? Il se recula brusquement contre le mur. Une main crispé sur le ventre. De nouveau. Il avait de nouveau horriblement mal. C'était parce qu'il s'inquiété pour Jessy ou comme d'habitude. Il étouffa un gémissement avec sa main tandis que la porte se fermé. Automatiquement, il se plia en deux et ferma les yeux. La douleur était si violente. Il dut attendre plusieurs minutes avant de pouvoir respirer correctement.
Les mains tremblantes de douleurs, Lutetia se dirigea plié en deux, vers le bureau. Il laissa sa main passer sur le bois légèrement brûlé du bureau. Quel tiroir était-ce encore ? Il en ouvrit deux au hasard, avant de tomber sur le bon. Ce qu'il découvrit le fit tomber sur les fesses. Plusieurs boites de médicaments. La plupart lui disait vaguement quelque chose. Fébrilement, il les ouvrit une à une jusqu'à trouver celle aux comprimés bleus. C'était une boite au nom barbare et que Lutetia ne tenta même pas de lire. Son nom lui était inconnu. Il la tourna dans tous les sens cherchant à savoir ce qu'il faisait. Il comprit que c'était un antidépresseur. Puis qu'il avait des conséquences dangereuses... Conséquences dangereuses. Lutetia se prit la tête en fermant les yeux. C'était sa faute. Il revoyait l'image du seau. De son odeur nauséabonde, ainsi que des pilules qui flottaient à sa surface. C'était sa faute, si Jessy était obligé de les prendre. Il inspira profondément pour se calmer. Pourquoi ne lui avait-elle rien dit ? Pourquoi...

Lutetia remit les médicaments à leur place et sortit sans un bruit de la pièce. Elle ne voulait pas l'inquiéter. Pourtant... Pourtant c'était ce qu'elle faisait... Lutetia se rendit compte qu'il y avait beaucoup trop de secret entre eux. Il connaissait si peu d'elle. Tout ce savoir... Ce livre, en fin de compte il ne faisait que rabâcher les même choses sans lui apprendre. L'air ailleurs il erra un instant dans le couloir. Le nez vers le plafond. Sa démarche était rapide. Il voulait parler à Jessy. Il voulait tout lui avouer... Ses maux de ventre, son inquiétude, ses peurs. Il voulait lui dire ça, mais il était sûr que les mots resteraient coincés derrière un sourire rassurant. Contrairement à Jessy, il avait tout le temps froid, sauf contre elle. C'était pour cette raison qu'il gardait son manteau même dans le château. Dès fois il l'enlevait, juste comme ça. 
Lutetia ignora Alice quand il passa près de lui... Enfin, ignorer n'est pas du tout le mot approprié puisqu'il eut une forte envie de lui fracasser la tête contre le mur. Quoique... Jessy et les servantes auraient surement râler énormément. Les servantes parce qu'il aurait foutu du sang partout, et Jessy... Jessy parce qu'il aurait tabasser son frère, parce qu'il se serrait battu, parce qu'il aurait mit du sang partout et parce que ça se fait pas. C'est pour ça, qu'il se contenta d'un simple croche pied et d'un coup de genou dans le nez... Bon d'accord, déjà pour le sang c'était foutu. Et il n'était pas demain. Mais bon... Lutetia avait besoin de passer ses nerfs sur quelqu'un. Sur quelqu'un qui lui casser les pieds rien que par son attitude. Sur quelqu'un qui avait osé fait pleurer Jessy. Mais vu qu'il n'était pas maso, il se contenta d'Alice. Il lui donna un coup de pied dans les côtes, puis il appuya - toujours avec son pied - sa tête contre le sol. Son regard était froid et dur. Comme celui de son père.


- Ecoute moi bien, minable. Tu fais pleurer Jessy encore une seule fois et on retrouva ton corps dans une porcherie. Maintenant... Si tu me disais gentiment ce que tu attends d'elle ?

Un sourire froid apparut sur le visage de Lutetia. Au fond de lui, il espérait pourrait le martyriser un peu avant qu'il ne passe au aveu. Son pied écrasa la main d'Alice.

_________________
avatar
Lutetia Koneko
Admin

Messages : 252
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans mon monde

Identité
Mon animal et son prénom ?: Lusée, un chat noir
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entraînement, douleur et humiliation. [Ft. Jessy]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum