Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 10 le Dim 16 Sep - 17:47

Torture [fermé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Torture [fermé]

Message  Lutetia Koneko le Dim 13 Oct - 7:02

Lutetia ouvrit les yeux. Il faisait jour. Il le savait grâce à la lumière qui provenait des grandes fenêtres derrière le lit. Le regard vide, fixé sur le plafond. Il le détestait. Depuis qu’il avait compris ce que faisait son père, il détestait ce plafond. Il se sentait vide. Jessy était partie et rien ne pouvait la ramener. Il n’avait aucune idée d’où elle pouvait se trouver. Deuxième jours sans elle, et pourtant il avait l’impression que c’était deux siècles. Son goût lui manquait. Ses grands yeux rouges. Jillian l’avait laissé tranquille le premier jour. Enfin, non. Être enfermé dans cette chambre était la pire des tortures. Les bras écartés, il serra le bout des coussins. Il possédait seulement des chemises blanches maintenant. Il ne pouvait plus se réfugier dans le noir. C’était son père qui décidait quand les lumières étaient éteintes ou allumées. En l’occurrence, elles étaient éteintes en ce moment même. La lumière du soleil suffisait grandement. Par politesse quelqu’un toqua à la porte.
Lutetia n’y prêta pas attention, qu’il le veuille ou non, la personne entrerait. Il n’avait absolument rien mangé depuis cette nuit avec Jessy. Jessy… Il serra les dents pour ne pas pleurer. Pas encore. Une main douce lui effleura la joue. Ses yeux furent irrésistiblement attirés par le visage de la personne. Un sourire triste se dessina sur son visage. Accroupie près du lit Yulia Koneko lui souriait. Elle passa sa main dans les cheveux de son fils. Comme toutes les mères, elle était capable de sentir la tristesse de son enfant. Elle aurait voulu le consoler mais elle n’en avait pas le droit. Lutetia se redressa lentement. Il n’avait aucune envie de parler. Il saliva en voyant le plateau posé sur la table de nuit. Deux croissants, de l’eau ainsi que deux autres récipients contenants des liquides à la couleur verdâtre. Le garçon fronça le nez. Déjà ? Sa tête retomba sur l’épaule de sa mère. Elle lui passa l’un des deux récipients en lui disant.
 
      -   Bois-le en premier. Le second dès que la douleur te sera insupportable…
Yulia l’embrassa sur le front, puis sortit de la chambre en fermant la porte à clé. Lutetia soupira. D’interminable heure de martyre l’attendait. Il but l’affreux breuvage au goût amer, puis avala d’un trait le verre d’eau pour dissiper le goût. Il prit l’un des croissants et commença à le manger. Il aurait volontiers bu de suite le second breuvage, mais connaissant son père. Il viendrait un peu après qu’il aurait fini de manger, puis il l’observerait jusqu’à ce qu’il n’en peut plus. Il entama le second croissant, en se souvenant que quand il était plus jeune. Jillian l’observait souffrir, un sourire tranquille sur les lèvres en tenant le remède dans une main. Parfois il s’amusait à lui faire prendre deux poisons avant de lui donner le remède. Il se souvient même qu’une fois, il s’était évanouit trois jours à cause de ça.
Lutetia ferma les yeux, une main sur le ventre. C’était rapide. Il s’allongea et observa le plafond. Encore et toujours. Il le connaissait par cœur. Son père ne prit même pas la peine de toquer. Seul le bruit du raclement de la chaise contre le bois réveilla Lutetia, en sursaut. Il paniqua, et chercha de l’air tandis que la douleur s’amplifiait. Au bout de quelques secondes, il réussit à détendre ses muscles et à calmer la douleur. Il entendit son père marmonner quelque chose mais il ne comprit pas. Au bout de plusieurs heures, le garçon se tordait de douleur dans le lit. Il avait des crampes au ventre, de douloureux frissons et l’impression que sa poitrine allait explosée à tout moment. Son cœur battait vite et avait du mal à fournir le sang nécessaire à ses organes. Il retient le plus longtemps possible les gémissements, mais n’en fut plus capable alors que le soleil était presque à son zénith. Les larmes suivirent rapidement.
A califourchon sur la chaise en bois, Jillian observait son fils. Il se tordait de douleur dans le grand lit. Il l’entendait gémir. Il le voyait pleurer et souffrir. Pourtant il ne faisait rien. Il se contentait de le regarder. Il lâcha un bâillement quand Lutetia cria de douleur. Prévisible. Trop. Du bout des doigts, il attrapa le verre. Il se leva de la chaise et s’assit sur le lit à côté de son fils. Lutetia secoua la tête quand son père la souleva. Non. Il pouvait tenir encore un moment. Il le pouvait et en était sûr. Ses mains étaient prisent de violent tremblements. Il avait l’impression qu’on lui brûlait le cœur. Une fine pellicule de sueur recouvrait son front. Tout son corps s’arquait sous la douleur. L’ex voleur gémit quand Jillian tira sur ses cheveux pour le forcer à garder la tête en place. Il le força à en boire. Il s’étouffa à la première gorgée, et recracha les trois qui suivaient. Le garçon réussit à échapper à l’emprise de son père pour tousser. Les larmes coulaient d’elles-mêmes. Lutetia se plia en deux, les mains serrées contre le ventre. Il avait l’impression que la douleur était plus forte à cet endroit, et seulement là. Jamais il n’avait eu aussi mal, même plus jeune. Pendant quelques secondes, il se demanda si ce n’était pas un autre poison. Non. C’était peut-être un mélange de deux poisons simplement ? Quand même pas. Il ferma les yeux et laissa son père faire ce qu’il voulait…
 
Jillian eut une moue impatiente. Dix minutes pour lui faire boire quelque chose qui n’aurait même pas prit une minute. Mais il fallait dire qu’il avait bien tenu. Il rangea doucement la chaise sous la table. Même en recrachant la moitié du remède, il avait quand même fonctionné. Lutetia s’était endormi presque immédiatement après avoir ingéré le remède. Jillian détestait cette manière que son fils avait à s’endormir après chaque séance. C’était beaucoup trop facile. Lutetia avait l’habitude. Jillian sortit de la chambre, le plateau à la main. C’était le prix de la désobéissance.

_________________
avatar
Lutetia Koneko
Admin

Messages : 252
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans mon monde

Identité
Mon animal et son prénom ?: Lusée, un chat noir
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torture [fermé]

Message  Lutetia Koneko le Dim 13 Oct - 7:04

Lutetia ouvrit les yeux. Encore le plafond. Il ne se souvenait pas de la fin de la journée. Seule la douleur était présente. Il se redressa avec difficulté. Une main posé sur le ventre, il se dirigea d’un pas traînant vers la penderie. Il en sortit des vêtements propres et se dirigea lentement vers la salle de bain. Il était obligé de se laver. Il se déshabilla et se plaça sous la douche. Il eut beau tournée au maximum pour de l’eau chaude, il ne reçut que de l’eau glacée. Tant pis.  Elle lui rappelait de mauvais souvenir. Un jour, il y a longtemps. Il s’était mal remis d’une séance comme ça. Il était tellement épuisé qu’il n’avait pas eu la force de se traîner jusqu’à la salle de bain. La chambre avait baigné dans une désagréable odeur de vomis jusqu’à ce que son père arrive. Lutetia se souvient douloureusement, du traitement de ce jour-ci. L’eau était tellement glacée qu’il avait eu l’impression qu’il essayé de lui brûler la peau. Depuis ce jour, il essayait toujours de prendre une douche dès qu’il se réveillait. Etrangement, il n’avait pas oublié ce petit rituel essentiel. En sortant de la douche, il se traîna d’un pas endormit jusqu’au lit. Il s’y laissa tomber tête la première. Au même instant, Yulia entra.
La jeune femme pencha légèrement la tête sur le côté en le voyant à moitié allongé sur le lit, les bras en croix. Presque dans la même position qu’hier, à l’exception que seul ses bras et sa tête étaient posés sur le lit. Elle déposa le petit déjeuner sur la commode et contourna le lit pour s’approcher de son fils. Elle lui tapota légèrement l’épaule. Lutetia se redressa en sursaut, puis il se frotta les yeux et comprit le message silencieux de sa mère. Il se leva, et contrairement à sa mère qui fit le tour du lit, il le traversa en s’étalant dessus. Son regard s’éclaira en ne voyant que le verre d’eau. Enfin une journée tranquille ! Assise à côté de lui, Yulia l’observa dévorer les deux croissants. Son fils avait toujours eut un immense appétit et ne laissait que rarement des miettes. Il but d’une traite le verre d’eau, puis il se laissa tomber sur le lit. Son soupire de joie fit sourire Yulia. Elle lui tapota le genou, pour attirer son attention. Lutetia cligna comme s’il rêvait. Normalement, elle partait avant même qu’il ne commence. Une boule se forma dans son ventre et il eut la mauvaise impression que la journée ne serait pas si facile que ça. Elle se leva en disant.
    -Je pense qu’avec ce que ton père t’as préparé, tu risques de regretter d’avoir mangé si vite.
Elle l’invita à le suivre d’un geste de la main. Lutetia cligna des yeux mais la suivit, légèrement sur ses gardes. C’était la première fois qu’il sortait de la chambre avec sa mère. Il aurait voulu apprécier cette simple ballade, mais son sourire l’en dissuada. Cinglés. Ses parents étaient simplement et complètement cinglés. Ses cheveux blonds lui tombaient sur les épaules. Étrangement, il avait toujours comparé sa mère aux sorcières dans les comptes de fées. Elle faisait semblant d’être gentille mais au fond, elle le terrorisait plus que son père. Lutetia rentra la tête dans les épaules quand il comprit où sa mère l’amena. S’il l’avait su, il serait resté dans la chambre. Un dojo, ou quelque chose qui s’en rapprocher. Il eut envie de fuir avant même d’apercevoir son père au milieu de la pièce.
Lutetia baissa la tête et s’approcha d’un pas traînant de son père. Ils étaient habillés de la même manière : chemise blanche, pantalon noir épais et chaussette. Seule la taille les différencier. Yulia alla s’asseoir à une table dans un coin où étaient posés de délicieux gâteaux. Jillian capta le regard de son fils, et un méchant sourire se dessina sur son visage.
        -Bats-moi et peut-être tu en auras.
Le garçon sourit, ça allait être facile…
Lutetia se prit une nouvelle gifle, assaisonnée d’un coup de genoux dans le ventre puis d’un douloureux balayage accompagné d’un coup du revers de la main. Cette fois-ci il préféra rester allongé sur le sol tâché de sang. Son sang.
 - Trente. Claironna Jillian. Debout !
Trente fois qu’il se retrouvait au tapis. Trente fois qu’il essaye, ne serrai-ce de toucher son père. Son corps entier criait pitié. Lutetia savait que le corps humain possédait 206 os. Il était presque sûr que chacun de ses 206 os souffrait le martyre. La douleur était bien plus élevée que la veille. Il n’y avait pas de larme, juste ses gémissements à chaque nouveau coup. Il sentit l’ombre de son père au-dessus de lui. Un léger coup de pied dans l’épaule lui confirma que c’était bien lui. Lutetia était bien trop épuisé pour le contrer. Il grimaça quand Jillian tira sur son oreille et lui leva la tête avec.
 -J’ai dit : debout !
Il détacha chacun de ses mots avec une moquerie évidente. Au mieux de lâcher son oreille. Jillian lui cogna la tête contre le sol en répétant une deuxième fois la phrase.
 -J’ai dit : debout !
Lutetia lâcha un grognement et réussit à s’extraire de la menace parentale. Assit, à moitié sonnée, il avait bel et bien regretté de les avoir mangé si vite. Le regard dans les vagues, il tentait de saisir les quelques parcelles de son esprit qui n’étaient pas passé sous le joug de son père. Il vit le regard agacé de Jillian, quand Yulia prit la parole.
 -On dirait, qu’il n’en peut plus. Laisse le tranquille, tu l’embêteras une autre fois…

Lutetia n’entendit pas la suite car son père l’envoya une nouvelle fois à terre. Un simple coup de poing dans le nez avait suffi à l’étaler. Lutetia en avait marre. Il ferma les yeux alors, que du sang s’écoulait de son nez. Il avait tellement mal partout… Il se laissa aller et le sommeil l’emporta.

_________________
avatar
Lutetia Koneko
Admin

Messages : 252
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans mon monde

Identité
Mon animal et son prénom ?: Lusée, un chat noir
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torture [fermé]

Message  Lutetia Koneko le Dim 13 Oct - 7:06

Lutetia gémit sans ouvrir les yeux. Il avait mal partout. Il avait envie de crier. De crier si c’était encore le même plafond. De crier contre sa vie. Contre cette douleur. Il ouvrit un œil. Il fut surprit. Blanc. C’était un plafond blanc. Il ouvrit les deux yeux et les cligna. Vraiment ? Il voulut se frotter les yeux mais… Mais il n’arrivait pas à bouger ses bras. Il arqua le dos pour voir pourquoi il ne pouvait pas les bouger. La vision l’étonna. Une… Une camisole ?! Il cligna des yeux. C’était un cauchemar ? Ou juste un rêve. Son visage se décomposa. Il n’était pas dans sa chambre. Il descendit du lit et s’accroupit. Jillian arriva quelques minutes après. Lutetia se tenait sur la pointe des pieds sur le sol froid. Il se figea en apercevant son père. Il semblait encore plus grand que d’habitude. Il ne put retenir un rire sec en le voyant en chaussette. Jillian bailla et se saisit d’une assiette avec un gâteau dedans. Son regard se heurta au sourire de son fils. Un sourire qu’il tentait de cacher. Jillian s’assit avec une vilaine idée tête.
Lutetia n’arriva pas à quitter le gâteau des yeux.  Il avait tellement faim. Il suivit des yeux la cuillère et gémit presque quand il prit la part. Cette faiblesse sembla amuser son père. Il s’approcha un peu trop vite, et prit le pied en pleine figure. Il se retrouva étalé à terre, mais se releva.
 
Ils continuèrent ce petit manège pendant une vingtaine de minute. Puis Lutetia, fatigué et blessé abandonna. De toute façon il ne restait presque plus rien du gâteau. Il avait le nez en sang et arrivait à peine à se tenir accroupi. Il ferma les yeux et bailla. Il tomba à la renverse a cause d’un coup au niveau de la gorge. Une saveur sucrée se répandit sur sa langue et il sourit. En rouvrant les yeux, il tomba sur l’air enfantin de son père. Franchement s’il en fallait si peu pour l’amuser… Lutetia baissa les yeux à l’endroit où se trouvait son père quelques secondes plus tôt. Ses yeux s’agrandirent de plaisir. Une nouvelle assiette avec un gâteau encore plus grand. Sans réfléchir, il s’y précipita. Sa course fut coupée brusquement. Il se retrouva à terre avec un bruit de ferraille. Le souffle coupé il tourna la tête en arrière. Cette fois, ses yeux s’écarquillèrent de surprise tandis que le rire de son père retentissait. Une laisse… Une laisse ! La gorge douloureuse il  s’éloigna à regret du gâteau pour pouvoir mieux respirer. Quand, lui avait-il mit ça ? Lutetia lui lançait un regard noir, qui ne fit que le faire rire plus. Le garçon soupira. Beaucoup trop loin pour espérer l’attraper. Un goût amer se forma au fond de sa gorge. Il n’arriva pas à retenir un glapissement quand Jillian tira sur la laisse pour faire lever. Il lui tira l’oreille et le força à avancer. Son ton était moqueur et froid.
-         C’était un avant-goût de ce que tu n’auras jamais. Un peu comme ta « liberté ».
Lutetia serra les dents et ravala les larmes qui revenaient. Le trajet fut long et silencieux. Toujours dans cette pénombre. A croire que la maison ne s’illuminer que pour laisser passer les occupants. Arrivés dans la chambre. Jillian le jeta à terre. Son menton heurta douloureusement les planches. Il s’assit sur les omoplates de son fils et coinça des pieds dans le creux des genoux. Lutetia gémit et lâcha échapper un râle de douleur. La main de son père vint lui torture les côtés. Il lui demanda.
-         Quel était le poison ?
Lutetia ferma les yeux et lutta pour trouver de l’oxygène. Les larmes coulèrent toutes seules. L’ex voleur eu l’impression que le poids de son père s’alourdit. Il ravala ses larmes et réussit à articuler.
-         Toi.
Lutetia soupira quand il se leva. L’air afflua enfin. Pour un court instant. Il reçut un violent coup de pied qui l’envoya valsé contre les chaises, en vidant ses poumons d’air. Il ferma les yeux et se recroquevilla sous le regard glacé de son père. Chaque seconde était un calvaire. Du bout du pied, il appuya sur sa poitrine jusqu’à la vider entièrement de son air. Le garçon se tortilla pour respirer. Il était presque sur le point de perdre connaissance quand quelqu’un frappa à la porte. Jillian leva le pied et se retourna vers l’intrus près à calmer ses nerfs sur lui. Son visage prit une toute autre expression en reconnaissant Yullia. Lutetia avala goulument l’air à sa disposition. Il n’aurait jamais pensée que son père irait aussi loin. Essoufflé, il essayait de se relever quand un coup de pied le cueillit au thorax.
-         Faux, c’était du Vatium.

Il l’assomma avec un coup de pied dans le nez. Le soleil baignait la pièce d’une lumière orangée. Lutetia soupira. Il roula sur le côté. Il avait toujours cette foutu camisole. Il se leva en gémissant. Ça ne l’étonnerait pas s’il avait une ou deux côte de cassés. Il tituba jusqu’au lit où il se laissa tomber. Aussitôt la tristesse l’envahie. Jessy… Où était-elle ? Que faisait-elle ? Pourquoi n’était-elle pas là ? Lutetia enfoui la tête dans l’un des coussins pour cacher ses larmes. Il suffoqua en pensant à Jessy. Elle lui manquait tellement. Tellement et ça ne faisait que trois jours. Il avait l’impression que c’était une éternité passée sans elle. Dans sa tête il revit chaque fois où elle l’avait embrassée pour le titiller. De chaque baiser dans sa chambre. Et leur premier. Magique. Tellement court. Il ferma les yeux et laissa les images lui revenir. Il ne pouvait s’empêcher de pleurer à chaque fois. Pourquoi cette nuit avait été leur dernière ? Pourquoi avait-il été si stupide. Il aurait dû rester avec elle. Il l’aime… Mais ça, son père il s’en fiche. Les larmes lui donnaient mal à la tête, chaque mouvement était douleur. Il s’endormit sans s’en rendre compte.

_________________
avatar
Lutetia Koneko
Admin

Messages : 252
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans mon monde

Identité
Mon animal et son prénom ?: Lusée, un chat noir
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torture [fermé]

Message  Lutetia Koneko le Dim 13 Oct - 7:19

Lutetia cria. Il cria comme il n’avait jamais fait. Il cria sous les yeux surprit de ses parents. Il cria jusqu’à s’en briser la voix. Les larmes mouillaient le sol trempé de sang du dojo. Lutetia ne voulait pas croire ce qu’il venait d’entendre. Il frappa le sol en se recroquevillant sur lui-même. Yulia avait les sourcils fronçaient et tentait de comprendre cette soudaine réaction. Quant à Jillian, il souriait. Un sourire méchant et froid. Il s’approcha de son fils, un pied sur son épaule, il lui dit.
-         Elle est morte. Morte comme elle avait vécue, toute seule !
Il déclencha une crise plus forte de sanglots et de larmes. Non, il ne pouvait pas le croire. C’était tout simplement impossible. Pas Jessy. Pas elle. Ils s’étaient peut-être mit tous les deux dans des situations complètement dingue, mais ils avaient réussis à s’en sortir. Tous les deux… Lutetia pleurait comme un gosse, de nombreux frissons plus douloureux les uns que les autres le tuait à petit feu. Il ne pouvait pas le croire…
Lutetia gémit. Il gémit en se tordant de douleur, jamais il n’avait éprouvé pareil douleur. Il était sûr que c’était deux, voire trois poisons administrés en même temps. Son corps était recouvert de sueur. Depuis combien de temps, souffrait-il ? Depuis combien de temps Jillian s’était levé de sa chaise et l’observer, sur le bord du lit. Depuis combien de temps, cette flamme brûlée dans les yeux de son père ? Depuis combien de temps il lui suppliait de lui donner ce remède. Le remède de ce poison dont il était victime depuis ce jour. Ce jour où sa mère avait lu la mort de Jessy Hyou dans le journal de Chistère. Depuis combien de temps mourrait-il lentement, sans aucun échappatoire. Une semaine. Une semaine qu’il souffrait. Une semaine que rien d’autre que des gémissements et des pleurs étaient les seuls sons qu’il émettait. Une semaine que Jillian venait le voir son rien dire. Une semaine que dansait cette flamme de colère dans ses yeux. Lutetia en était sûr. Il le savait. Si c’était de la colère ce n’était pas parce qu’il ne pouvait plus le faire souffrir. C’était uniquement car il n’avait pas pu la tuer de ses propres mains. Uniquement parce que son fils était un faible. Uniquement car il ne trouvait pas le moyen de le calmer. Parce qu’il aime plus cette fille que lui.
Jillian posa sa main sur le front de son fils. Il ne savait pas quoi penser. Chaud, froid. C’était comme s’il se moquait de lui. Il ferma les yeux et souffla.
-         Quand est-ce que tu vas me dire ce qui t’arrives Lute ?
 
Yulia s’avançait dans le couloir d’un pas déterminé. Elle avait enfin réussit à le faire boire quelque chose. Elle n’avait jamais cru qu’il tiendrait une semaine et demie. C’était impressionnant. Elle lui avait fait boire un calmant. Au diable, les interdictions de Jillian, elle ne pouvait pas le laisser dans cet état. Un chagrin d’amour pouvait tuer. Ce mensonge était allé loin. Très loin. Même Jillian n’avait pas prévu que Lutetia réagirait comme ça. Une réaction beaucoup trop excessive pour une personne aussi insignifiante que cette fille. Hyou… Yulia eut une grimace dégoûté en lavant le verre. Elle s’apprêter à passer ses nerfs sur le verre quand deux puissants bras lui prit à la taille. Un souffle chaud la fit frémir. Elle se retourna et embrassa Jillian. Avec un sourire de vainqueur il se redressa, il s’assit sur le bord de la table.
-         Je t’avais pourtant dis de le laisser ?
-         Et alors ? Je fais ce que je veux. Si tu veux le martyriser je te laisse le faire, mais là c’était directement devant la mort que tu l’amenais Jill’. On l’a déjà perdu pendant trois ans, tu ne veux quand même pas le perdre pour toujours ?
-         Nan…

Jillian secoua la tête. Il vola un baiser à sa femme et s’enfuit.

_________________
avatar
Lutetia Koneko
Admin

Messages : 252
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans mon monde

Identité
Mon animal et son prénom ?: Lusée, un chat noir
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torture [fermé]

Message  Lutetia Koneko le Dim 13 Oct - 7:33

Lutetia observa le plafond. Toujours le même plafond. Ses yeux étaient vides et sans expression. Il ne savait plus rien. Son père avait réussi, il l’avait détruit. Il avait… Il L’avait perdue. Pour toujours… Combien de temps ? A combien de temps remontait cette nuit de rêve ? Combien de temps qu’il était enfermé ? Julia avait réussi à lui faire reprendre son poids. Il ne cherchait même plus à se défendre contre son père. Les coups étaient de plus en plus, mais il s’en fichait…
Encore du poison. Encore ce parasite. Il ne jeta pas un seul regard à sa mère. C’était sa faute, à elle aussi. Elle l’avait laissé faire. Cette fois il n’y avait qu’un verre. Le contenu était translucide mais il dégageait une odeur. Lutetia le contempla d’un œil morne alors que son père s’appuya sur le dossier d’une chaise. Chaque jour, il avait souhaité mourir. Chaque jour il avait espéré que son père se trombe dans les dosages et le tue d’une overdose. Chaque jour il avait espérait voir entré Jessy et non sa mère.
Jillian prit du bout des doigts le verre. Il fut surprit quand Lutetia le lui arracha des mains. Parfois il faisait preuve d’une étonnante rapidité. Parfois, il faisait preuve d’une incroyable stupidité. Comme ce jour. Il avala d’un coup sec le breuvage. Jillian laissa échapper un rire sec en le voyant soudain se redresser pour cracher. Il lui prit le verre des mains et l’agita sous son nez.
-         Vodka !
 

Lutetia détestait sa vie. Depuis que Jessy n’existait plus son père le faisait souffrir d’avantage. Un an. Un an de calvaire incalculable. De famine et de désespoir. Un an qu’il n’avait pas vu le soleil autre que par sa fenêtre. Une année que son père le guidait d’une main de fer sur un chemin que lui seul connaissait. Une chemise blanche et un gilet noir. Une cravate noire et un pantalon noir. Des chaussures de la même couleur. Il ressemblait à son père. Seul la taille et la couleur des yeux les trahissaient. Trois mois de guerre interminable contre Lounastra. Son père avait dit que ce n’était rien comparé à l’ancienne grande guerre. Lutetia suivait son père. Le regard vide, mais la tête haute. A quoi ça servait de se rendre à l’hôtel de ville pour une fête. Il voulait simplement retourner un couteau dans son cœur. Le détruire encore plus. Il ne put empêcher ses mains de trembler à la vue de tant de personne. C'était la première fois qu'il revoyait cette ville, première fois qu'il sortait depuis un an.

_________________
avatar
Lutetia Koneko
Admin

Messages : 252
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans mon monde

Identité
Mon animal et son prénom ?: Lusée, un chat noir
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torture [fermé]

Message  Lutetia Koneko le Dim 13 Oct - 15:08

Lutetia se leva avec difficulté. Sa mère l’attendait. Encore une correction. Chaque fois, elles étaient de plus en plus fortes. Son père adorait le gifler. Sur sa joue, il restait encore les marques de sa dernière correction. Un trait de feu sur barrait sa joue. Jillian avait décidé d’utiliser des armes blanches, selon lui, son fils était trop moue. Peut-être qu’une nouvelle douleur le réveillerait. Non, absolument rien. Il se souvient de son air pincé quand il en avait fini, la dernière fois.
Lutetia avançait, les deux mains serraient ses côtés. Il avait horrible mal. Ses deux flancs étaient recouverts d’immenses hématomes. Il était exténué, dès fois son père le corriger légèrement mais derrière attendait une séance de correction. Lutetia avait toujours détesté ces jours-là. Son cœur était mis à mal par la nouvelle de la mort de…  De SA mort. Lutetia était dans un état second quand il se plaça devant son père. Il avait abandonné l’espoir de pouvoir avoir à manger. Son père le lui avait même dit. C’était ce qu’il ne pourrait plus jamais avoir. Il n’y avait que le vide dans sa tête. Il était trop épuisé pour penser à quelque chose. Trop fatigué pour penser à ses sourires, ses baisers. Trop abattu pour avoir de nouveau de l’espoir. Il était sûr qu’il ne pourrait plus jamais la revoir. Qu… Une gifle magistrale l’envoya à terre. Elle rouvrit la blessure. Lutetia porta la main à sa joue, avec presque les larmes aux yeux. A l’endroit même… A l’endroit même où Elle lui avait nettoyé. Sa lèvre inférieure se mit à trembler, alors que la scène revenait sous ses yeux. Il ferma les yeux et se la mordit. Mauvaise idée. Un coup de pied l’envoya plus bas encore. Lutetia entendit des insultes à son sujet. Il observait le plafond. Ce plafond qu’il avait vu mille fois depuis qu’il était revenu.  Ce plafond qu’il détestait. Comme celui de sa chambre. Il voulait revoir le ciel. Sentir le vent dans ses cheveux, sur son visage. Il voulait revoir Jessy.
-         Debout !
Debout… L’ordre avait claqué fort et agressif. Lutetia eut l’impression de se prendre une gifle plus puissante que toutes les autres. Il réussit à se lever sans regarder son père. Un léger bruit métallique se fit entendre vers la cheminée qui était allumée.
Aujourd’hui elle l’était. L’hiver était tombé sur Chistère et il était violent. Chaque nuit était glacée à vous le sang. Chaque journée semblait aussi froide et triste. D’habitude, la cheminée était éteinte. Lutetia avait préféré ne pas lui prêter attention. Le rouge du feu, l’aurait surement fait fondre en larme.
Un bref mouvement attira son regard vers Jillian. Il tomba alors qu’aucun coup ne l’avait atteint. Il resta bouche bée devant lui. Il tremblait de tous ses membres tandis qu’un délicieux parfum se répandait dans la pièce. Un parfum qu’il avait tellement rêve de retrouver. Ses yeux étaient écarquillés. Une soudaine vague d’énergie, l’assaillit. S’était Sa chemise ! La chemise qu’il portait le soir du bal. Elle avait son odeur. Lutetia repassa à l’attaque.
-         Soixante-neuf, annonça Jillian.
Lutetia retient un gémissement en tombant pour la soixante-neuvième fois. En voyant ses espoirs disparaitre à chaque nombre. Le challenge était simple. Soit Lutetia arrivait à le mettre à terre avant soixante quinze, une vilaine blague de son père à cause de sa taille. Ou bien il l’a brûlait. Cette annonce lui avait donné assez d’énergie pour être mis au tapis soixante-neuf fois. Mis à terre par soixante-neuf manières différentes. Lutetia en avait marre. Un abandon ne serait qu’une façon de la faire brûler plus vite. Le feu semblait le nargué. Parfois, Yulia ravivait le feu en y plaçant une bûche. A chaque fois, il avait peur que ça ne soit la chemise.
Lutetia souffla tout en restant à terre. Les mains posaient de chaque côté de son torse s’apprêter à le soulever. Jillian voyait déjà une nouvelle façon de le corriger. Un fin sourire était apparu sur son visage. Un désespoir amoureux. Il ne lui laisserait pas le temps de trouver son équilibre, il le jetterait à terre avant. Ça sera une victoire facile. Il avait hâte de voir sa réaction quand il jetterait le bout de tissu au feu. Il s’avança en pensant que Lutetia allait se remettre sur ses pieds, mais non. Non. Jillian se retrouva soudainement à terre. Un léger air de surprise peint sur le visage. Au loin, il entendit le rire de sa femme. Alors qu’il s’apprêter à se relever, il fut bloquer. Lutetia n’était pas massif, ni même un poids lourd, il avait simplement trouvé la bonne position. Jillian eut une bouffé de panique en voyant le poing de son fils se diriger vers lui. Heureusement, cet imbécile avait oublié de lui bloquer les mains, et ce fut avec un sourire qu’il cala chacun de ses coups.
Lutetia le frappa de toutes ses forces. Il avait enfin réussit, mais il s’en fichait légèrement. Chaque coups étaient chargés de haine. De rancœur. De tristesse. Il le frappa pendant dix minutes. Enfin non, il frappa ses mains. La gorge serré, il n’en pouvait plus. Son père inversa la donne comme s’il n’avait rien pesé. Essoufflé, il réussit à retenir les larmes. Aucune trace de coup. L’ordre claqua de nouveau. Fort et sec.
-         Debout !
Lutetia se releva en grimaçant. Chaque mouvement était douloureux. Il se trouvait à quelques centimètres du torse de son père. La distance s’élargit quand l’ancien recula. Lutetia cligna des yeux pour chasser les larmes, était-ce un vrai sourire qu’il voyait sur ce visage ? Son expression s’adoucit, et son souffle se fit un peu moins court. Il avait enfin réussit. Il l’ouvrit doucement les yeux en sentant quelque chose de chaud contre sa joue. Son regard remonta lentement le bras et se figea sur le sourire de son père. Sur son regard. Lutetia aurait voulu fuir, mais il était paralysé. Il ne savait pas si c’était de la fierté sauvage qu’il voyait dans ses yeux, ou une colère sans fin. Sec et puissant. Ce n’était pas sa voix. Ce n’était pas son regard. C’était la gifle. Une gifle comme il n’en avait jamais vu. Une gifle qui le fit glapir. Un goût de sang envahi sa bouche, et des lumières dansaient devant ses yeux. Toutes ses forces avaient disparu comme, absorbé par la claque. Retenu par le bras de son père, il n’avait pas réussi à détacher son regard de ses yeux. Il n’avait pas réussi à l’éviter. Il n’était pas tombé. Seul le poing de son père l’avait retenu. Seul ce poings qui l’avait tellement fois frappé. Seule cette main qui n’était pas maltraité. Non. Jillian le giflait seulement avec sa main blessée. Comme pour le punir.
Lutetia hoqueta de peur, quand son père le secoua légèrement. Un sourire malsain sur le visage. Il passa sa main libre sur la blessure à la joue. Il appuya faisant couler le sang qui maculait la chemise blanc de son fils. Il tâchait cette chemise qui cachait un souvenir qu’il n’était pas capable d’effacer. Enfin, pas de ses propres mains. Il savait exactement comment faire. Il traîna son fils alors qu’il avançait. Sa voix était tranquille.
-         Tu sais ce qu’on dit ? On dit que ceux qui utilisent la violence sont faibles. Ils frappent parce qu’ils sont à court d’argument et, que c’est la seul façon pour eux de défendre leur point de vue. On dit des forts, qu’ils sont capables de détruire n’importe qui. Simplement par des paroles !
Jillian plaqua son fils à terre. Il lui attacha les mains à même le sol. Puis les pieds. Il vit l’éclair de panique dans ses yeux. Un éclair de haine et de peur. Il s’assit sur le bas ventre de son fils et posa ses pieds sur ses bras. Il se pencha légèrement en avant et défit le premier bouton de sa chemise, puis le second. Avec le sourire il continua.
-         Je crois que tu as compris que, je ne fais partie d’aucune de ses deux catégories. Ta mère préfère être dans les forts, mais elle pourrait aussi me rejoindre… Que penses-tu de la catégorie qui mélange ces deux genres de caractères. Penses-tu que je suis uniquement capable de te détruire par le poing ? Que mes mots ne pourraient t’atteindre ? Pourtant c’est ce qui arrivé. C’est juste…
Jillian marqua une pause. Sa main remonta lentement jusqu’au cou de Lutetia. De violent frisson l’agitait. Son père finit par hocher la tête à une question silencieuse, puis il continua son discourt en enlevant la chemise de son fils.
-         C’est juste que je préfère la violence. Juste que je préfère gardais ma salive pour te détruire plus tard. Qu’il est tellement  plus facile de détruire par la violence que par les mots. Mais je pourrai les trouver… Cette gentille fille avec qui tu étais. Jessy Hyou ? C’est ton point faible…
Lutetia gémit tandis que l’index de son père maltraité la peau au-dessus de son cœur. Il avait les larmes aux yeux tellement ça fait mal. Il avait tellement froid. Jillian passa sa main sur la cicatrice causée par la dague de Jessy. La panique se saisit de son fils. Il avait enfin compris ce qu’il s’apprêter à faire. Il le supplia, l’implora et essaya de se débattre mais rien. Son père ne bougeait pas d’un centimètre et à chaque mot, son sourire s’allonger. Lutetia secoua la tête en pleurant. Son père se pencha au-dessus de lui et lui ébouriffa les cheveux. Il ne réussit pas à retenir ses larmes quand la voix de sa mère s’éleva.
-         C’est le prix de la désobéissance.
Lutetia hoqueta de terreur quand il vit que Yulia tenait une tige en fer. Le bout était informe et presque blanc. Il essaye de se débattre, de tirer sur les menottes mais il ne réussit à rien. Le poids de son père lui bloqua complètement les bras. Lutetia secouait la tête en espérant le espérant réussir à fuir. Jillian souffla sur une de ses mèches qui lui retomba devant les yeux. Il prit le temps de la remettre en place. Lutetia ne tenait absolument pas en place. Même malgré la sévère correction, il arrivait à faire appel à une force incroyable. Il n'avait aucune envie de lui brûler le visage. Yulia pencha légèrement la tête sur le côté pour savoir s’il elle pouvait faire quelque chose. Il secoua la tête. Jillian déplaça son pied pour le placer dans le cou du garçon.
-         No… Non… S’il te plaît papa… Fais pas ça… Je… Je t’en prie… Papa…
Jillian arrêta le tison à quelques centimètres de la peau. Il eut un moment de flottement. Réfléchissant si c’était bien utile de faire ça… Oui. La réponse était oui. C’était le prix de la désobéissance. Il pencha légèrement la tête sur le côté et lui sourit.
-         D’accord. Puisque tu tiens tellement à ce que je ne fasse pas que celle-là. Tu ne verras pas de problème à ce que celle sur ton bras y passe aussi ?
Jillian appliqua le fer sur la peau sans attendre la réponse. Les cris de douleurs emplirent la pièce. Non. Pas seulement de douleur. De tristesse et de haine aussi. Une douce odeur de chair brûlée s’éleva dans la pièce. Lutetia hurlait. Il avait tellement mal. Des piques de douleurs venaient frapper son cœur. Il hoquetait de terreur, pleurait de douleur et gémissait. Il crût plusieurs fois qu’il allait s’évanouir. Il voulut mourir quand, son père appliqua un autre fer pour faire disparaitre complètement la cicatrice. Sa voix se brisa plus d’une fois. Ses mains griffaient le sol. Son estomac se souleva à cause de l’odeur, mais aucune fois il ne vomit. Une flaque de sueur, de sang et de larme s’était formée sous lui. Ses hoquets se firent plus puissants quand le fer se retira. Le flot de larmes ne tarissait pas. Il gémit et s’arqua. La main de son père fit doucement le contour de la nouvelle cicatrice. La même main qui était à jamais blessée. Elle remonta doucement jusqu’à l’oreille de son fils. Il lui murmura tandis qu’un autre fer chauffait.
-         Le prix de la désobéissance Lute. Et tu es encore très loin d’avoir remboursé ta dette…
Lutetia hoqueta de terreur. Tous ce qu’il avait voulu c’est être libre. Être libre et ne plus devoir le supporter. Comme s’il avait lu dans ses pensées Jillian posa la main sur la joue de son fils. Un sourire méchant sur le visage. Sa voix était douce, presque chaude.
-         Être libre ? C’est pour ça que tu es parti ? C’est pour ça que tu m’as blessé ? Tu veux que je te dise. Ces recherches que tu faisais. Néo et Mia m’en ont parlés. C’est stupide. Ce n’était rien que pour éviter de rentrer à la maison, non ? Pourquoi partir loin pour trouver des informations, alors que tu nous avais ? Nous qui l’avons vu, nous qui l’avons vécu. Toi aussi, mais tu étais beaucoup trop jeune… Tu es stupide Lutetia. Tu as fait tellement de mal, a tellement de gens. En partant de la maison. En revenant sur Chistère… A ta mère et moi. A ta chère Lusée. A Néo et Mia. A Jessy…
Jillian se redressa tandis que son fils tremblait, sous le choc. Il était tellement sous le choc qu’il gémit à peine quand son père appliqua le fer sous son bras. Les cicatrices Piosentropes disparurent, avec une odeur de chair grillée. Il restait seulement une plaque noire et sanglante. Lutetia sanglotait tellement que quand Jillian se leva il fut parcouru de violent spasme. Il fit la moue en observant la salle. Il croisa le regard de sa femme et murmura tandis qu’il souleva Lutetia.
-         Faudrait nettoyer un peu cette pièce…
Il avança jusqu’à une autre salle. Il se retourna brusquement quand la main de Yulia passa dans son dos. Il sourit simplement. Se levant sur la pointe des pieds elle lui déposa un léger baiser avant de s’en aller en disant.

-         Pas question que je le fasse !

_________________
avatar
Lutetia Koneko
Admin

Messages : 252
Date d'inscription : 15/09/2012
Age : 18
Localisation : Dans mon monde

Identité
Mon animal et son prénom ?: Lusée, un chat noir
Mon âge: 16 ans
Mon peuple: Chistère

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Torture [fermé]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum